2 Sep

Votre agence immobilière de Montlhéry vous rappelle de faire le point avant d’acheter !

Vous souhaitez acheter un bien immobilier à Montlhéry ? Malgré le Covid, le premier semestre 2020 a confirmé l’intérêt des ménages emprunteurs pour l’achat d’une résidence principale. Toutefois, les conditions d’emprunt se sont resserrées en raison du maintien des mesures du Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF). Résultat, marqué par la crise, les 6 premiers mois de 2020 ont été moins favorables à l’emprunt que le premier semestre de l’année précédente. Sur quels points devez-vous vous pencher avant de vous lancer dans l’achat d’un bien immobilier à Montlhéry pour être sûr de décrocher un prêt ? Faisons le point.

Faut-il emprunter sur une durée longue ?
Plus la durée s’allonge et plus le crédit coûte cher en intérêt et en assurance. Pour ne pas faire exploser le coût du crédit, il est conseillé de réduire au maximum la durée de l’emprunt. Pour réduire la durée d’emprunt, il faut choisir le meilleur crédit immobilier du marché, celui qui permet de payer moins d’intérêt et donc d’avoir la durée de remboursement la plus courte pour une même mensualité.

Choisissez un bien immobilier neuf ou ancien ?
En matière d’achat immobilier, il n’y a pas de règle. Le choix entre ancien et neuf est une affaire de goût. D’un côté, les biens anciens sont proposés à des prix 15 à 20 % moins chers que les neufs et on peut s’y installer immédiatement. Par contre, les frais d’acquisition sont plus élevés : 7,5 % en moyenne contre 2,5 % dans le neuf. De plus, investir dans le neuf exonère la taxe foncière durant les deux premières années d’habitation. Et, si vous êtes primo-accédants, vous pouvez bénéficier d’un prêt à taux 0%, à condition de respecter les critères.

Possédez-vous suffisamment d’apports ?
En 2020, l’accès au crédit immobilier est plus favorable à des profils d’emprunteurs aisés… Pour suivre les recommandations du HCSF sur le taux d’effort, les établissements de crédit limitent les prêts aux ménages qui ont un trop faible apport personnel. Comme ces ménages ne rentrent plus sur le marché, le niveau de l’apport personnel se relève mécaniquement (+ 8,8 % sur les sept premiers mois de 2020 en glissement annuel, après – 5,2 % en 2019).

C.V. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée